Qu’est-ce qu’un cépage de vigne hybride ?

Les cépages hybrides résultent d’un croisement 50/50 entre la vigne européenne (vitis vinifera) et la vigne américaine (vitis labrusca,riparia,rupestris…………). Leur création permet de profiter de la résistance aux maladies (mildiou et oïdium mais aussi le phylloxéra) de la vigne américaine tout en gardant les qualités gustatives ou œnologiques des variétés des vignes européennes. Sur le plan pratique, il faut que les fleurs d’une variétés précises soient fécondées par le pollen des fleurs d’une autre variété (naturellement à l’aide du vent par exemple ou artificiellement à l’aide d’un pinceau). Les pépins issus du fruit de ce croisement sont ensuite plantés afin de voir si la nouvelle variété obtenue s’avère intéressante ou pas.

Plus tard et jusqu’à nos jours, ces croisements successifs naturels ont pris le nom de cépages interspécifiques (ou piwi) car leur part de vigne européenne demeure largement majoritaire.

En conclusion, et afin qu’il n’y ait pas de confusion possible, les cépages de vigne hybrides, n’ont rien à voir, de près ou de loin avec des cépages génétiquement modifiés en laboratoire (OGM) . 

 

La provenance des raisins de table hybrides

Une partie de ces variétés de raisins de table a été créée fin XIXème, début XXème siècle (après la crise du phylloxera) par des pépiniéristes Français tels François Baco,G. Seibel, G.Couderc, Bertille Seyve- (mettre les prénoms). D’autres variétés plus récentes proviennent de pays voisins (Allemagne, Suisse) qui ont pris le relais de ces hybridations dans la deuxième partie du XXème siècle et enfin d’autres variétés de raisins de table proviennent de pays de l’ancien bloc de l’Est. En effet, ces pays ont privilégié les cépages résistants aux maladies fongiques, probablement, car ils n’avaient pas accès a l’époque, aux produits phytosanitaires indispensables à la culture des variétés dites traditionnelles (Chasselas, Danlas, Muscat de Hambourg,cardinal etc….). Sous l’impulsion de leurs instituts de recherche agronomiques nationaux, des pays tels que la Hongrie, la Roumanie, la Serbie, l’ukraine ont obtenu depuis une cinquantaine d’années des variétés de raisins de table résistantes, intéressantes, ne nécessitant aucun ou très peu de traitement phytosanitaire (une ou deux applications de souffre en poudre les années de forte pression d’oïdium.)

C’est dans ce but que j’ai créé ce site dans lequel je propose une partie de ces variétés résistantes au Botrytis, Mildiou, et Oïdium ainsi qu’aux ravageurs. Passionné de viticulture et de raisins de table en particulier, j’ai créé sur mon exploitation depuis une dizaine d’années une collection de variétés résistantes car l’évolution naturelle de cette culture me semble aller dans le sens d’un plus grand respect de l’environnement en évitant au maximum les traitements chimiques . Un problème subsistant encore provient des attaques de tordeuses de la grappe (papillon eudemis) qui peut être résolu de manière saine ou biologique par l’application sur les ceps de vigne, de plaquettes de phéromones ( pièges dits de la confusion sexuelle).

Ces variétés de raisin de table, provenant parfois de pays plus froids et plus continentaux que la France, s’adaptent donc a la plupart de nos régions (sauf peut-être en montagne a partir de 800-900 mètres, problème de maturité).